Gaslight, traduit en français par « Hantise» est un thriller psychologique mélodramatique  réalisé en 1944 par George Cukor. L’intrigue du film a le mérite de replacer dans son contexte originel le sens attribué aujourd’hui au phénomène du  gaslighting. 

Paula, l’héroïne du film, s'est enfuie à l’étranger après le meurtre non élucidé de sa tante, survenu à Londres. Elle rencontre Gregory, qui est en réalité l’assassin de sa tante. Il est à la recherche des bijoux, qu’il n’était pas parvenu  à trouver lorsqu’il a commis son forfait. Paula est séduite par cet homme avenant qu’elle finit par épouser. Elle se laisse convaincre de revenir habiter dans la maison où sa tante a été étranglée.  Gregory commence alors à la manipuler afin de la faire interner dans un asile psychiatrique, et d’avoir ainsi le champ libre pour continuer la prospection des recoins sombres de cette demeure supposée abriter des trésors cachés. Progressivement,  Paula finit par sombrer dans une espèce de confusion paranoïaque la conduisant irrémédiablement à la folie. Fort heureusement pour elle, un détective, ayant repris l’affaire non classée du crime de sa tante, finit par démasquer Gregory et la libérer de ce vrai cauchemar éveillé.   

Dans la vie de tous les jours le « gaslighting » est devenu une technique de manipulation visant à faire douter, celui qui en est l'objet, de sa propre santé mentale. Lorsque la cible est dans la confusion au sujet de ses perceptions, il est plus facile de la déstabiliser et de la rendre totalement dépendante. 

D'un point de vue purement pratique, le gaslighting s’applique donc de préférence avec quelqu'un qui doute de ses capacités cognitives, de ses idées et de ses valeurs.  Bref, qui n’est pas sûr de lui.